1829

1829

Le vingt trois juin de l’an mil huit cent vingt neuf à dix heures du matin par devant nous Jean Marie Anne Comac adjoint de Mr le Maire de la commune de Venerque, absent, ont comparu en la maison commune les sieurs Jean Sau maître de bateau et Guillaume Sau aussi maître de Bateau frères et habitans de la ville d’Auterive qui ont dit qu’ils avaient laissé hier soir, chacun leur bateau au port d’embarcation de cette commune dont l’un était chargé de Bois pagelle et que des malveillants pendant la nuit qui venait de céder au jour auraient détaché un de leurs bateaux qui était vide lequel avait été abbandonné au cours de la rivière et s’était arreté sur l’autre rive de l’ariege en face du ramier dit la piboule ou il avait été trouvé dégarni de ses cordages, avirons, perches et mat et que le second bateau qui chargé avait été également dégarni de ses perches et avirons.

Ajoutant le déclarant qu’ils étaient hier au soir avec les hommes de son équipage logés chez Jean Jaubart cabaretier dudit Venerque et que deux des leurs avaient eu quelque dispute de parole avec les nommés Gélard Géraud, Campguilhem, David Dominique, Cluzel Jacques et Casteras Jean tous gens de ladite commune et que cette circonstance aurait pu occasionner et porter ces individus a commettre leurs dégats à leurs bateaux, sur quoi ayant fait prescuter à la mairie ces jeunes hommes et ayant retenu leur chaussure avons été de suite sur les dits lieux accompagnés des sieurs Jean Pierre Lacourt, Raymond Lacombe, Jean Moutet et autres lesquels ont vu placer les souliers des dits Campguilhem, Gélard et Casteras s’appliquer parfaitement sur les vestiges encore très apparents qui ont été remarqués aux environs dudit port d’embarcation ou lesdits bateaux étaient amarrés ce qui donne lieu à prouver que les dits Gélard, Campguilhem, Casteras et David auraient pu commettre cette action d’autant plus qu’il a été remarqué en notre présence que ce dernier avait son pantalon empreint de boue et que cette même a été reconnue sur les bords du tertre ou était amarré le bateau qui avait été jjetté au cours de la rivière et que le dit David a présenté des souliers qui avait été porté hier.

Moi dit adjoint ayant rencontré sur le chemin du dit port le nommé Campguilhem frère plus jeune dudit Campguilhem ci-dessus dénommé lui ayant demandé a quel heure son dit frère s’était hier au soir retiré a répondu en présence dudit Lacourt, pierre Dellac, Raymond Lacombe et jean Moutet que son dit frère était rentré dans leur maison à minuit et demi.

De tout quoi à la réquisition des dits Sau frères nous avons dressé le présent proces verbal pour pouvoir et faire valoir ce qu’il appartiendra.

Le dit Jean Sau a signé avec nous, son dit frère a déclaré ne savoir signer.

Texte collecté et transcrit par Monsieur Robert PITET

pour son recueil intitulé « Chronique Venerquoise 1620 – 1920 »

Dactylographié en 2016 par Monsieur Désiré MIGNONAT.

Aucune modification n’a été apportée au texte originel.

Ce contenu a été publié dans Uncategorized. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.